5 des pires voitures des années 1980

 

Si vous aussi vous êtes séduits par ces youngtimers qui ont le vent en poupe, prenez garde du choix que vous faites. Ce serait vraiment manquer de bol que tomber sur certains modèles. Voici donc pour le plaisir de votre histoire, 5 des pires voitures des années 1980. 

 

Lada 2105

Un concentré de contre-exemples automobile. Si vous prenez une Fiat 124 des années 1960 e que vous lui ôtez tout ce qui pourrait se rapporter au moindre soupçon de finesse et que par la suite vous la rassembliez au marteau avec un litre de liqueur sous le nez, vous obtiendrez la Lada 2105. Mais ne vous réjouissez pas trop vite ce n’est pas fini, si vous choisissez la version Diesel, vous avez droit à 55 chevaux de puissance incapables d’atteindre les 120 km/h avec 4 passagers à bord. La cerise sur le gâteau est le concert assourdissant dont vous gratifie le moteur si vous lui en réclamez trop.

 

Chevrolet Camaro 2.5 I

Une gueule dessinée par un aveugle, un nom digne d’un western pour dauphins, un déprimant moteur à 4 cylindres de 2,5 litres qui pousse à 91 chevaux et qui a en option de luxe est une boite automatique à 3 rapports. A cette belle liste s’ajoute une finition digne d’un échassier unijambiste et une incroyable propension à la rouille. Voilà présentée avec beaucoup de clémence l’une des pires sportives de son époque. La version V8 de ce modèle vient heureusement atténuer une telle injure et restaurer le prestige de la marque.

 

Oldsmobile Delta 88 Diesel.

Encore une qui a de belles lettres de noblesse dans le domaine de la ferraille à un sou. Honnêtement, difficile de faire pire. Les amateurs de séries B américaines des années 80 peuvent être séduits par le style et la présence d’un V8 sous le capot, mais on partir de c’est « cauchemarland ». Le fameux V8 roule au mazout et franchement, vu tout ce qu’il crache comme fumée on aurait de la peine à le refilez à son pire ennemi. En plus il est fragile comme une coquille d’œuf et performant comme une godasse trouée.

 

Maserati Biturbo.

Une belle mécanique au premier coup d’œil. Les nombreux atouts n’ont pas manqué de séduire de nombreux clients. Un habitacle assorti de bois et cuir à profusion, un moteur biturbo inédit avec des performances hallucinantes et pour couronner le tout un pedigree qui vaut son pesant d’or. On imagine la chute lorsqu’on a réalisé la fiabilité absolument nulle de cette voiture. Moteur qui grille sa crier gare, fusible et (quand on tire le bon numéro) carrosserie hors circuit.

Zastava Yugo 45

Un nom d’engin spatial datant de la guerre froide  pour une voiture quasiment sans atout, et encore…

On pourrait peut être évoquer le prix plancher, mais en toute franchise c’est loin de justifier les performances de turbine grippée, la finition taillée à la hache et le confort de caverne. Un véritable moment d’histoire.