Le filtre à particule : comment ça marche ?

Aujourd’hui, tous les moteurs diesel sont dotés d’un filtre à particules qui retient jusqu’à 99% des particules imbrûlées contenues dans les gaz d’échappement. Et demain, les petits moteurs turbo essence en seront également équipés Mais comment fonctionne un filtre à particules ?

Comment ça marche ?

Placé entre le moteur et la ligne d’échappements, le filtre à particules permet de retenir les particules contenues dans les gaz d’échappements produites lorsque la combustion n’atteint pas la température optimale de fonctionnement. Ces particules sont ensuite évacuées ou neutralisées suivant le système de fonctionnement du filtre à particules, c'est ce que l'on appelle la régénération.
La méthode la plus classique de régénération consiste à brûler ces résidus lorsque la température optimale des gaz d’échappement est atteinte. C’est pour cela que l’on entend souvent dire qu’il est nécessaire de rouler sur autoroute à relativement haut régime lorsque le témoin du filtre à particules s’affiche au tableau de bord.
Chez certaines marques (Peugeot, Citroën…) il est nécessaire d’ajouter un additif appelé (ADBlue). Celui-ci permet de faciliter la régénération du filtre à des températures plus basses, donc plus souvent atteintes.

Requiert-il un entretien spécifique ?

En principe, le filtre à particules est censé durer aussi longtemps que le moteur. Toutefois, en fonction des trajets effectués (ville, route, autoroute) et de la conduite adoptée (nerveuse, démarrages à froid, etc.) celui-ci pourra se dégrader plus ou moins rapidement. S’il est trop encrassé, un filtre à particules peut se colmater, et réduire les performances du moteur. Un passage en atelier est alors nécessaire.