Vignette écopastille Crit’Air en France pour les étrangers.

 

Désormais il vous sera demandé de présenter l’écopastille Crit’Air sur votre pare-brise si vous comptez visiter certaine certains centres urbains français. Il s’agit principalement des villes de Paris, Lyon et Grenoble. Du côté belge, on s’attend également à ce que ce sésame en rapport avec la qualité de l’air soit rendu obligatoire à brève échéance. Voici les informations qui vous aideront à vous le procurer sur le territoire national.

 

La voie numérique.

Il vous est en effet possible de faire une commande sur le site internet aménagé pour l’occasion par les autorités françaises. Il vous sera avant tout nécessaire de vous enregistrer avant de commander. Vous choisirez entre les trois langues du site que sont le français, l’allemand et l’anglais. Pluralité qui montre à suffisance le caractère européen de la page.

 

Dossier complet.

Pour des raisons évidentes, il vous est évidemment demandé de fournir certaines informations. Ces élément concernent aussi bien l’aspect administratif qu’écologique de votre certificat d’immatriculation. Pour ceux des européens qui conduiraient une voiture de service, il est possible de recevoir l’écopastille à domicile ; facilité qui n’est pas accordée par le français.

 

Combien ça coûte.

Il vous vaudra débourser au total 4.8 euros si vous voulez recevoir votre écopastille en Belgique, soit 1.10 euro pour l’expédition et 3.70 euros pour l’écopastille. Les modes de règlement sont la carte de crédit ou la carte bancaire. Retenez enfin que la procédure d’achat est irréversible dès que le paiement est effectué en ligne. Dans ce cas l’écopastille reste valide même sans voiture.

 

Les temps d’attente.

Comptez 30 jours à partir de la date de votre commande avant de recevoir votre vignette si vous êtes basé en Belgique. Vous pouvez entre temps vous servir de la facture qui vous est délivrée 72 heures après votre commande, si pour quelques raisons vous souhaitez vous rendre sur le territoire français. Pour ce qui est des cas particuliers d’urgence ou de location à courte échéance, la présentation de la preuve de la commande fait foi. D’autre part, il convient de signaler que tous les cas de figure n’ont pas forcément été envisagés par la loi et dans ces situations, la bonne foi de l’automobiliste sera considérée comme un justificatif suffisant qui saura lui éviter les turpitudes des contrôles inopportuns.

 

Pas de paiement direct.

Pour le moment la vignette française ne peut être obtenue par achat direct comme c’est le dans d’autres pays, notamment l’Allemagne. Le motif évoqué pour justifier cette restriction est prioritairement de nature économique. En effet les autorités françaises craignent des fraudes qui pourraient être mises en place et inondées le marché de fausses vignettes.

 

Un temps avant les sanctions.

Au regard du caractère récent du lancement de l’écopastille Crit’Air, les autorités françaises ont aménagé une période moratoire qui prend fin avec le mois de juin. Il s’agit pour la police avant cette date de procéder à des avertissements en cas d’absence de vignette. Passé ce délai, l’amende appliquée est à hauteur de 68 euros.