Zone à faibles émissions à Bruxelles : tout ce qu'il faut savoir.

L'info ne vous a sans doute pas échappé : Bruxelles mettra en place une zone à faibles émissions sur la majeure partie de son territoire dès le mois de janvier prochain. Conçue sur le modèle anversois, cette LEZ (Low Emissions Zone) restreindra l'accès au véhicules jugés trop polluants. Pourrez-vous encore aller à Bruxelles avec votre voiture ?

La mise en place de cette zone à faible émissions bruxelloise se fera en cinq étapes étalées jusqu'en 2025. Celles-ci tiendront compte des normes de dépollution européennes pour accorder, ou non, l'accès à la capitale aux véhicules. Les véhicules diesels, jugés plus polluants car rejetant plus de particules fines, seront les plus durement touchés.

Quelles zones sont concernées ?

Les 19 communes de la Région de Bruxelles Capitale seront soumises aux règles de cette LEZ dès janvier. Cela correspond grosso-modo à la partie intérieure au ring. Ce dernier n'est en revanche pas concerné par ces nouvelles mesures.

Voitures Diesel

La première phase de la LEZ à Bruxelles sera déployée à partir du 1er janvier 2018 et impactera directement les diesels les plus anciens. L'accès à la capital sera interdit (gratuitement en tout cas) aux véhicules diesel ne répondant pas au minimum à la norme de dépollution Euro 2, instaurée le 1er janvier 1997.

Dès l'année suivante, les diesels devront répondre à la norme Euro 3 (01/01/2001) pour rouler à Bruxelles, puis Euro 4 (01/01/2006) en 2019 et Euro 5 (01/01/2011) en 2022. En 2025, seuls les véhicules conformes à la norme Euro 6 seront autorisés à circuler, soit 10 ans seulement après l'instauration de cette norme !

Voitures essence

La LEZ reste plus clémente avec les voitures essence puisque le respect de la norme Euro 2 au minimum ne leur sera imposé qu'à partir de 2019 ; et l'Euro 3 en 2025. Cela constituera donc la restriction la plus sévère pour les moteurs à essence.

Que faire si votre voiture est concernée par une interdiction ?

Les conducteurs qui se rendent occasionnellement dans la capitale et dont le véhicule est concerné par l'une de ces restrictions pourront continuer à y accéder moyennant le paiement d'une redevance journalière de 35€/jour. Cet accès «exceptionnel» ne sera accordé qu'au maximum huit fois par an par plaque d'immatriculation.
Si vous résidez ou circulez régulièrement à Bruxelles et que vous disposez d'une «vieille» voiture diesel, vous n'aurez malheureusement pas d'autre choix que d'en changer.

Contrôles et amendes

Le contrôle se fera aux entrées et sorties de la LEZ par un éventail de caméras intelligentes. Capables de «lire» les plaques, celles-ci sont directement reliées au système de la DIV (département des immatriculations de véhicules) permettant de «connaître» les caractéristiques techniques de chaque voiture. Une contravention sera automatiquement émise à l'attention des contrevenants. Et les amendes s'annoncent salées : 350€ ! Une période transitoire de neuf mois sera toutefois laissée lors de la mise en place l'an prochain ; ainsi que 3 mois à chaque durcissement de la LEZ.
Pas la peine non plus d'essayer de trouver une parade en immatriculant son véhicule dans un pays voisin puisque ces mesures s'appliquent aussi aux voitures munies de plaques étrangères.